Bonne nouvelle

LE BOTSWANA DÉPÉNALISE L’HOMOSEXUALITÉ

Ce mardi 11 juin, le Botswana a dépénalisé l’homosexualité. Depuis 1965, le code pénal prévoyait des peines pouvant aller jusqu’à sept ans de prison. L’annulation du texte, est un moment historique en matière de protection des droits de l’Homme.

En Afrique subsaharienne et notamment au Botswana, l’homosexualité est très peu acceptée et la communauté LGBT est tous les jours mise en danger, victime de stigmatisation, soumise à des violences verbales et/ou physique.

Toutefois, depuis 2016, le Botswana a montré une certaine tolérance envers les homosexuels du pays. D’ailleurs, l’année dernière, le président Mokgweetsi Masisi éprouvait des regrets pour la communauté homosexuelle.

En effet, il estimait qu’il n’était pas acceptable que certaines personnes souffrent en silence alors qu’ils/elles avaient été agréssé-es pour avoir entretenu des relations avec une personne du même sexe. « Tout comme les autres citoyens, elles méritent que leurs droits soient protégés » avait confié le président. C’était déjà un grand pas pour la cause de la communauté homosexuelle.

L’annulation du texte

Mardi 11 juin, un sentiment de soulagement a touché les lesbiennes, les gays et les bisexuels du Botswana. La plus haute cour du pays, a jugé à Gaborone que les dispositions du code pénal qui jugeait l’homosexualité depuis 1965, était inconstitutionnel. « Cette décision incroyable, même si elle ne rectifie pas tous les torts commis à l’encontre de certains membres de la communauté LGBT, est un premier pas vers la restauration de notre dignité humaine » confiait Anna Mmolai Chalmers, la présidente de l’organisation Lesbiennes, Gays et Bisexuels du Botswana, Legabibo.

La Haute cour s’est prononcée, suite à la requête faite par une personne anonyme, dont seuls les initiales “LM” ont été communiquées. Ce dernier contestait le code pénale, étant lui même membre de la communauté LGBT, c’est un sujet qui le touche particulièrement.

Lundi, devant le tribunal de Gaborone des militants proclamaient à l’aide de pancarte « Il n’y a rien de mal à être différent, mais il est injuste d’être discriminé » ou « Les hommes homosexuels sont cinq fois plus victimes de violences sexuelles que l’ensemble de la population masculine du Botswana », dans l’attente du verdict. Après l’Angola en janvier, Le Botswana devient donc le 19éme pays d’Afrique a dépénalisé l’homosexualité. C’est un événement incroyable, d’autant plus que la quasi-totalité des anciennes colonies britannique du continent, interdisent et sanctionnent les rapports sexuels entre deux personnes du même sexe. L’annulation de ce texte a été saluée avec beaucoup de respect par les Etats-Unis, qui ont pleinement encouragé les autres pays du continent à suivre la démarche du Botswana.

Éva Pelletier

Laisser un commentaire